LES ÉDITIONS PRÉCÉDENTES

2020

2019

2018

2020

En raison de l’annonce d’un confinement de 4 semaines et malgré la détermination de ses organisateurs, Fine Arts Paris a été contraint d’annuler son édition prévue du 26 au 29 novembre 2020  au Palais Brongniart, ainsi que la Semaine des Beaux-Arts et le colloque scientifique.

Une édition alternative 100% digitale intitulée FINE ARTS PARIS ONLINE, a eu lieu du 24 au 29 novembreElle a réuni 55 galeries participantes avec près de 500 œuvres.

 

2019

En 2019, pour sa troisième édition de Fine Arts Paris a poursuivi son souhait de promouvoir le rayonnement de Paris comme place forte du marché de l’art mondial grâce aux œuvres sélectionnés par ses exposants et un riche programme d’événements culturels composé d’une exposition muséale au sein même du Salon, et d’une Semaine des Beaux-Arts, organisée en partenariat avec une vingtaine d’institutions et de musées d’Île-de-France.

 

Exposition
La Piscine de Roubaix

En 2019, Fine Arts Paris a invité la Piscine – Musée d’art et d’industrie André Diligent de Roubaix.

Fondé en 1835 par des manufacturiers locaux, le musée de Roubaix s’est imposé sur la scène culturelle nationale lors de son installation, en 2001, sur le site singulier et exceptionnel d’une ancienne piscine municipale de style Art Déco.

Bassin de la Piscine de Roubaix, musée invité du salon Fine Arts Paris 2019

Roubaix-la-Piscine. Architecte A.Baert, 1932 ; J-P Philippon, 2001 et 2018. Photos : A. Leprince

En 2018, pour présenter d’importants fonds conservés en réserves, La Piscine a été dotée d’un agrandissement, réalisé sur les plans de Jean-Paul Philippon qui avait déjà signé la mutation de 2001.

Dans sa présentation au salon Fine Arts Paris, le musée a su exprimer la singularité de ses collections et de sa programmation, avec un ensemble d’œuvres fortes en céramique, en sculpture, en textile, en mode et en peinture.

L’espace du musée et son histoire, très liée à l’épopée industrielle de Roubaix, ont été également abordés par des visuels actuels et des documents anciens.

Avec le soutien de sa Société d’Amis et de son Cercle des Mécènes, l’équipe de La Piscine a accueilli les visiteurs du salon au milieu d’œuvres emblématiques, notamment de Camille Claudel, Joseph Bernard, Marc Chagall, Jean Lurçat, Albert Braïtou-Sala, Jean-René Gauguin, Christian Astuguevieille, Marc Alberghina…

Au cœur de l’espace, a été révélé un étrange plâtre inédit de Paul Cornet (1892-1977), sorte de relecture futuriste du Penseur de Rodin, pour la restauration duquel La Piscine recherchait de généreux partenaires.

Paul Cornet, Le Penseur

Paul CORNET
1892- 1977
Penseur

Plâtre
87 x 40 x 37 cm
Don de la famille de l’artiste en 2018
Inv. 2018-17-9
Copyright La Piscine-Roubaix – Photos A.Leprince

Albert SALA, Vénus verte, 1929

Albert SALA
(Albert BRAÏTOU-SALA, dit)

1885-1972
Vénus verte, 1929

Huile sur toile
203 x 80 cm
S.D.b.d. dans un cartel : Braïtou / Sala 1929
Don de la famille Sala en 2015
Inv. 2015-29-1
Copyright La Piscine-Roubaix – Photos A.Leprince

Marc ALBERGHINA, Canis Lingua, 2015

Marc ALBERGHINA
Né en 1959 à Laval
Canis Lingua, 2015

Terre à faïence blanche chamottée, modelée et émaillée dans les tons de rose, de blanc et de rouge, plat rond estampé en biscuit de terre blanche
H. 39 ; L. 62 cm
Don de la Société des Amis du Musée d’Art et d’Industrie de Roubaix en 2015
Inv. 2015-13-1
Copyright La Piscine-Roubaix – Photos A.Leprince

Performance Street-Art
Andrea Ravo Mattoni interprète Luca Giordano

Jeudi 14 novembre 2019 de 12h à 20h, performance inédite du graffeur Andrea Ravo Mattoni au sein du Salon. Le street-artiste a interprété sous nos yeux une œuvre de Luca Giordano (1634-1705), artiste dont la rétrospective ouvrait le même jour au Petit Palais.

Après le Salon, l’œuvre de Ravo a été exposée à l’hôtel Le Sinner, 116 rue du Temple à Paris.
Elle a ensuite été vendue aux enchères chez Artcurial le 23 février, au profit de la restauration du plâtre Le Penseur de Paul Cornet, conservé à La Piscine – musée d’art et d’industrie André Diligent de Roubaix. Cette œuvre a été adjugée 7 000 € frais inclus.

Andrea Ravo Mattoni, Oeuvre de sa performance live à Fine Arts Paris 2019, exposée à l'hôtel Le Sinner, vente caritative Artcurial

Andrea RRAVO MATTONI
Sans Titre, 2019
Peinture aérosol sur toile
Signée, datée et titrée au dos “Novembre 2019”
Détail d’après une œuvre de Luca Giordano (1634-1705), Ariane abandonnée

2018

Pour sa seconde édition, Fine Arts Paris a développé son programme culturel et a mis notamment en place une Semaine des Beaux-Arts.

A l’instar de la Semaine du dessin qui se tient chaque année au mois de mars depuis presque vingt ans, cette semaine a pour objectif de faire découvrir ou redécouvrir les collections des musées parisiens et d’Ile-de-France.

Collectionneurs, amateurs et initiés sont conviés à des événements privés et exclusifs, véritables occasions d’échanges et d’émerveillement, grâce aux conservateurs et directeurs des institutions partenaires de Fine Arts Paris.

 

La semaine des Beaux-Arts 2018
Semaine de la Sculpture

Pour faire écho à une actualité particulièrement riche dans le domaine de la Sculpture, la 1ère Semaine des Beaux-Arts a été entièrement dédiée à cette discipline.

La Semaine des Beaux-Arts 2018, intitulée pour l’occasion la Semaine de la Sculpture, a eu lieu du lundi 5 au dimanche 11 novembre 2018.

 

Exposition
“Peintres-Sculpteurs, Sculpteurs-Peintres”
L’exemple de Henry de Triqueti

Le Musée des Beaux-Arts d’Orléans et le Musée Girodet de Montargis se sont associés le temps du Salon Fine Arts Paris pour présenter la richesse et la diversité de l’œuvre de Henry de Triqueti (1803-1874), un peintre devenu célèbre comme sculpteur.

Les deux établissements, légataires de la fille de l’artiste, Blanche Lee Childe, conservent une grande partie du fonds d’atelier dont ils exposeront des morceaux choisis.

À la diversité des matériaux s’y allie la variété des techniques utilisées par Triqueti – dessin au trait, polychromie, esquisse en terre cuite, peinture à l’huile, modello en plâtre, marbre fin – personnalité bien représentative par ses recherches du foisonnement créatif propre au XIXe siècle.

Supports et arts du dessin se conjuguent librement chez lui comme chez Eugène Devéria ou d’autres contemporains pour s’adapter à une pensée esthétique originale et séduisante.

Henry de Triqueti (1803-1874) : Homère se désaltérant

Henry de TRIQUETI
(1803-1874)
Homère se désaltérant
Inv. 947.51, Musée Girodet, Montargis

 

Publication
La sculpture triomphante

FINE ARTS PARIS est heureux de publier à l’occasion de sa seconde édition, La Sculpture Triomphante : 1850-1880,  un recueil de 12 textes scientifiques écrits par d’éminents spécialistes et placé sous la direction de Madame Antoinette Le Normand-Romain.